Conférence « Get on Board for SDG-Ten Year-Surge » Campaign: Aborder l’Education de Qualité et Inclusive dans la Communauté Autochtone dans le Monde

Intervention de S.A.S. Nicolas 1er invité à la conférence: Addressing Quality and Inclusive Education in Indigenous Communauty Across the World and Flagging of « Get on Board for SDG-Ten Year-Surge Campaign » sous l’égide des Nations Unies.

Voir ici la version intégrale de la video conférence : https://youtu.be/oJcrTrE1wRw


DISCOURS DE NICOLAS 1ER, PRINCE DE L’ETAT-NATION DE LA PRINCIPAUTÉ DE SEBORGA

Hauts Dignitaires,

Honorable assemblée,

Je voudrais tout d’abord remercier les Nations Unies et les initiateurs de cette conférence qui me permettent de m’exprimer sur un sujet qui me tient à cœur.

En guise de préambule, je voudrais rappeler qu’en 1924, Le chef Cayuga Deskaheh s’est rendu à Genève pour faire entendre la voix des peuples autochtones à la Société des Nations afin qu’un concept de droits autochtones puisse naître en 1957 et a présenté le premier instrument juridique international relatif à la protection et à l’intégration des peuples autochtones dans les pays indépendants, qui sera mise à jour en 1989 par la Convention sur les Peuples Autochtones et Tribaux.

L’Instance permanente des Nations Unies sur les questions autochtones dans la communauté internationale est le fruit de décennies de travail acharné après que les rapporteurs aient présenté leurs études sur la condition humaine autochtone : Je pense en particulier à José Martinez Cobo qui a convoqué les Nations Unies à agir en leur nom.

Puis, en 1993, les Nations Unies ont proclamé l’Année internationale des peuples autochtones du monde » et ont appelé à la création d’un Forum permanent capable de répondre aux préoccupations et aux intérêts des peuples autochtones, mais aussi à leurs droits, y compris le droit des peuples autochtones à l’autodétermination.  

C’est précisément cette question existentielle, cette raison humaine fondamentale dirais-je plutôt, qui m’a interpellé et qui a été à l’origine de la création de l’État-nation que je représente.

Je crois en l’humanité pour une meilleure existence pour tous et je suis engagé dans un mouvement qui encourage la participation humaine à être plus ingénieuse dans la construction de son avenir.

Soutenir les peuples avec empathie est ma conviction mais aussi ma mission depuis des années, je dirais que c’est mon leitmotiv au regard de l’Univers : lier l’humanité et le développement durable tout en reflétant les communautés locales et indigènes.

Depuis des années, j’ai rencontré des représentants des populations, des jeunes, des hommes et des femmes qui m’ont fait part de leurs problèmes quant aux Droits de l’Homme, les discriminations, sur leurs sentiments d’exclusion et de marginalisation de la vie sociale tels que la santé, l’éducation, la culture, le sport, mais également en terme de ressources, l’eau et l’énergie en général, sans parler des droits politiques et civils qui leur font défaut et qui les placent dans une situation d’inégalité et d’injustice en matière de Droits de l’Homme dont tout être humain devrait jouir.  

De plus, les droits des terres et des territoires des peuples autochtones ne sont pas toujours respectés malgré leur droit de les posséder et de les utiliser à des fins de subsistance, tant pour leur pharmacopée que pour leur travail.

Oui, leurs principales préoccupations concernent la santé, l’éducation et la justice.  Et sur ce dernier point, les peuples autochtones que j’ai rencontrés ont tous soulevé le problème de l’insécurité foncière des terres qu’ils occupent.  Pour certains, ils sont emprisonnés pour violation de territoires parce que l’utilisation des terres est habituellement attribuée à l’exploitation forestière et à d’autres entreprises, ou encore déclarées comme réserves.

Nous sommes également tous d’accord pour dire que l’éducation et les soins de santé devraient être plus accessibles à tous. À cet égard, et pour aller plus loin, le Secrétaire Général des Nations Unies, António Guterres, a appelé à un mouvement irréversible qui a déclenché le Programme 2030 pour une décennie. Un long plan d’action qui a retenu toute mon attention et qui reçoit tout mon soutien.

Le Programme des Nations Unies pour le Développement m’a interpellé parce qu’il est enraciné dans les 5 P, à savoir : Personnes, Planète, Paix, Prospérité et Partenariats. Un plan d’action tout à fait conforme à ma vision de l’humanité.

  1. Personnes : Souligner une considération importante pour les enfants, les jeunes et les femmes dans les communautés et les cultures du monde entier ;
  2. Planète : la communauté mondiale en considération des groupes indigènes et culturels du niveau local au niveau mondial ; et bien sûr la santé de notre planète commune.
  3. Paix : fournir des ressources pour l’existence pacifique et la cohabitation entre les citoyens des groupes indigènes et culturels ;
  4. Prospérité : relever les défis d’un avenir durable par l’éducation, les initiatives et les campagnes ;
  5. Partenariats : Construire un réseau mondial pour le développement des capacités humaines et travailler en harmonie pour obtenir des succès durables pour l’humanité.

De plus, ce Programme de développement à l’horizon 2030 est lié à certaines idées que je me fais du monde et relance ainsi mes actions philanthropiques tout en me concentrant sur les 5 P des ODD des Nations Unies.

Je dirais que la « Décennie d’action des Nations Unies » m’a inspiré à lancer une campagne sur l’éducation de qualité et inclusive dans les communautés autochtones.

Cette campagne, intitulée « Get on board for SDG-Ten Year-Surge », appelle les parties prenantes à investir et à soutenir l’éducation, mais aussi à encourager les partenariats pour promouvoir, protéger et générer des mouvements pour le développement des capacités humaines dans les communautés autochtones en tenant compte des 5 P du programme de développement.

La campagne « Get on Board for SDG-Ten Year-Surge » est en effet dédiée à la défense du programme 2030 mis en place par le Secrétaire Général des Nations Unies pour promouvoir une action inclusive mettant en valeur les groupes indigènes et promouvoir l’accès à une éducation de qualité pour tou les enfants du monde, garçons et filles, pour les encourager à atteindre leur plus haut potentiel.

Pour ce faire, l’État-Nation de la Principauté de Seborga a mis en place un réseau social appelé « DEX CHAT » essentiellement basé sur la coopération afin d’établir une base d’échanges permettant aux peuples autochtones de faire valoir leurs droits civils et politiques, protéger leur culture et leurs moyens de subsistance, échanger des points de vue en terme de développement ou de projets socio-économiques, ou en matière de connaissances culturelles, intellectuelles, spirituelles et religieuses indigènes. En outre, le « Dex Chat » est une excellente plateforme pour les ateliers de réconciliation pour la promotion des langues autochtones, et je rappelle à cet égard la Déclaration des Nations Unies sur les peuples autochtones qui prévoit le droit des enfants autochtones de recevoir une éducation dans leur propre langue. 

L’avenir auquel nous sommes tous confrontés est celui dans lequel le savoir sera l’échange le plus important.

Le programme « Get on Board for SDG-Ten Year-Surge » a été conçu pour être l’instrument autonome à la pointe de la lecture et de l’alphabétisation des ODD qui s’avère être une passerelle vers les communautés, les enfants, les jeunes, les gouvernements et les acteurs de l’enseignement et de l’apprentissage, mais aussi une porte ouverte à l’intégration de la connaissance dans tous les domaines, au profit et au service du monde.

Je salue en outre la ministre des Affaires étrangères de la Nouvelle-Zélande, Mme Nanaia Mahuta, pour qui j’ai une profonde admiration.

Le lancement de « Get on Board for SDG-Ten Year-Surge » est déjà en cours pour promouvoir la communauté, pour créer un environnement intellectuel où l’avenir de la durabilité, l’univers des idées et la carte du savoir sont en phase avec la Décennie d’action. Et je suis déjà certain que beaucoup d’entre vous prendront leur carte d’embarquement pour un monde meilleur.

Au travers de cette campagne, la Principauté de Seborga travaille à mettre en place sa politique nationale pour assurer sa participation comme les autres Nations à la Décennie d’Action, en promouvant une action globale qui contribuera au repositionnement du statut diplomatique des Nations.

Pour cette campagne, je m’appuie sur le livre « Get on Board Dear Children of the World », écrit par Son Excellence Monsieur l’Ambassadeur Denis Antoine, que les Nations Unies considère comme exceptionnel tant ce livre met en évidence les avantages des ODD pour les enfants de tous âges et comme un témoignage du mouvement de la campagne vers les communautés diplomatiques et les groupes ethniques reconnus par les Nations Unies. 

La campagne fait également l’objet de dons de livres aux agences diplomatiques et aux communautés autochtones afin de maintenir l’élan de la Décennie d’action et de façon  à atteindre les Objectifs de Développement Durable le plus rapidement possible.

La Décennie d’action a donné le rythme du développement dans tous les secteurs et a déclenché un mouvement qui peut transformer la face de la communauté mondiale.

Je réaffirme donc ici mon soutien aux Nations Unies comme j’exhorte les dirigeants mondiaux à écouter et à maintenir leur obstination à assurer la tendance au développement vers une transformation mondiale et pour un avenir que nous souhaitons tous.

C’est pourquoi je vous invite tous à vous joindre à moi pour relever ces défis et faire en sorte que notre navire puisse voguer avec sérénité sur cette vague qui sera couronnée de succès d’ici 2030.

            Que ma volonté soit aussi la vôtre, au nom de la dignité humaine, de la sécurité et de la liberté.  

Je vous remercie

S.A.S. Nicolas 1er


SEE THE FULL VIDEO CONFERENCE HERE: https://youtu.be/oJcrTrE1wRw

SPEECH OF NICOLAS 1ST, PRINCE OF THE NATION STATE OF THE PRINCIPALITY OF SEBORGA
Theme: « Addressing Quality and Inclusive Education in Indigenous Communauty Across the World and Flagging of « Get on Board for SDG-Ten Year-Surge » Campaign.

High Dignitaries,

Honorable assembly,

First of all, I would like to thank the United Nations and the initiators of this conference who allow me to express myself on a subject close to my heart.

As a preamble, I would like to remind us that in 1924, Chief Cayuga Deskaheh went to Geneva to make the voices of indigenous peoples heard in the League of Nations so that a concept of indigenous rights could be born in 1957 and introduced the first international legal instrument relating to the protection and integration of indigenous populations in independent countries, which was updated in 1989 by the Indigenous and Tribal Peoples Convention.

The UN Permanent Forum on Indigenous Issues in the International Community is the fruit of decades of hard work after the rapporteurs delivered their studies on the Indigenous Human Condition : I am thinking in particular of José Martínèz Cobo who gave the United Nations a rousing summons to act on their behalf.

Then, in 1993, the United Nations proclaimed the « International Year of the World’s Indigenous Peoples » and calls were made for the creation of a Permanent Forum that would be able to address the concerns and interests of indigenous peoples, but also their rights, including the right of indigenous peoples to self-determination.

It was precisely this existential question, this fundamental human reason, I would rather say, that appealed to me and was at the origin of the creation of the Nation-state that i represent.

I believe in humanity for a better existence for all and I am committed to a movement that encourages human participation to be more resourceful in building its future.

Supporting peoples with empathy has been my core belief and mission for years. Moreover, I would say that it is my leitmotif concerning the universe ; to bond humanity and sustainable  global development while reflecting the local and indigenous communities.

For years, I have met representatives of populations, young people, men and women who have shared me their problems, on human rights, discrimination, on their feelings of exclusion and marginalization from social life, such as healthcare, education, culture, sport, and in terms of resources ; water and energy in general, not to mention political and civil rights which they lack and which place them in a position of inequality and injustice regarding  Human Rights to which every human ought to have. 

In addition, the rights of indigenous peoples’ lands and territories is not always respected despite their right to own their land and use its for subsistence purposes, both for their pharmacopoeia and their work.

Yes, their major concerns are in the areas of health, education and justice.  And on this last point, the indigenous peoples that I have met have all raised the problem of tenure insecurity of the lands they occupy.  For some, they are imprisoned for violation of territories because the land use is usually allocated for logging and other companies or declared as reserves.

We also all agree that education and healthcare should be more accessible to all and in this regard, and to go further, the Secretary-General of the United Nations, António Guterres, has called for an unstoppable movement that triggered the 2030 Agenda for a decade-long action plan that has captured my full attention and that  receives my full support.

The United Nations Development Agenda appealed to me because rooted in the 5 P, namely People, Planet, Peace, Prosperity and Partnership :  An action plan totally in line with my vision of humanity.

 1. People: Highlight an important consideration for children, youth, and women in communities and cultures around the world;

 2. Planet: the global community in consideration of indiginous and cultural groups from local to global; and of course the health of our shared planet.

 3. Peace: providing resources for peaceful existence and co-habitation among citizens of indiginous and cultural groups;

 4. Prosperity: meeting the challenges of a sustainable future through education, initiatives and campaigns;

 5. Partnership: Build a global network for the development of human capacities and work in harmony to achieve lasting successes for humanity.

In addition, this 2030 Development Agenda ties in with the certain ideas that I have of the world and re-engages my philanthropic actions while focusing on the 5 P of the United Nations SDGs.

I would say that the “United Nations Decade of Action” has inspired me to launch a campaign by addressing quality and inclusive education in indigenous communities.

This campaign, entitled “Get on board for SDG-Ten Year-Surge” calls on stakeholders to invest and support education and encourage partnerships to promote, protect and generate movements for the development of human capacities in indigenous communities with regard to the 5 P of the development agenda.

The campaign “Get on Board for SDG-Ten Year-Surge” is indeed dedicated to defending the 2030 program established by the Secretary-General of the United Nations to promote inclusive action highlighting indiginous groups and to promote access to quality education for all the children of the world, boys ans girls, and empower them to reach their highest potential.

To do this, the Nation State of the Principality of Seborga has set up a social network called DEX CHAT essentially based on cooperation in order to establish a base of exchanges allowing  indigenous people to assert their civil and political rights, to protect their culture and their means of subsistence, to exchange views in terms of development or socio-economic projects, or in terms of indigenous cultural, intellectual, spiritual and religious knowledge. In addition, the Dex Chat is a great platform for reconciliation workshops for the promotion of indigenous languages and I recall in this regard the United Nations Declaration on Indigenous Peoples which provides for the right of indigenous children to receive education in their own languages. 

The future we all face is one in which knowledge will be the most important exchange. 

The “Get on Board for SDG-Ten Year-Surge ” program has been designed to be the stand-alone instrument at the forefront of reading and literacy of the SDGs which can prove to be a gateway to communities, children, young people, governments and actors in teaching and learning, but also an open door to the integration of knowledge in all fields, for the benefit and  service to the world.

Also I acknowledge the Minister of Foreign Affairs of New Zealand, Madam Nanaia Mahuta, for whom I have deep admiration.

The embarkation for « Get on Board for SDG-Ten Year-Surge » is already taking place to promote community, to create an intellectual environment where the future of sustainability, the universe of ideas and the map of knowledge are in alignment with the Decade of Action. And I am already sure that many of you will take their boarding pass for a better world.

Year Surge » is already taking place to promote community, to create an intellectual environment where the future of sustainability, the universe of ideas and the map of knowledge are in alignment with the Decade of Action. And I am already sure that many of you will take their boarding pass for a better world.

 Through this campaign, the Principality of Seborga is working to put in place its national policy to ensure its participation as other Nations in the Decade of Action by promoting a global action that will contribute to the repositioning of the diplomatic status of Nations.

For this campaign, I am relying on the book “Get on board, Dear Children of the World” written by His Excellency Ambassador Denis Antoine, which the United Nations considers exceptional because it highlights the benefits of the SDGs for children of all ages as a testament to the movement of the campaign towards diplomatic communities and ethnic groups recognized by the United Nations. 

The campaign is the reason for book donations to diplomatic agencies and the indigenous communites to keep the momentum of the Ten-Year Decade of Action going full speed ahead so the Sustainable Development Goals may be achieved as soon as possible.

The Decade of Action has set the pace for development in all sectors and sparked a movement that can transform the face of the global community. 

I therefore reaffirm here my support for the United Nations and urge world leaders to listen and to get over their stubbornness in securing the development trend towards global transformation and for a future we all want.

So Get on Board for the SDG-Ten Year-Surge as I call on everyone to join me in meeting these challenges and ensuring that our ship ccommunitwith serenity in this wave that will be successful by 2030.

as I call on everyone to join me in meeting these challenges and ensuring that our ship ccommunitwith serenity in this wave that will be successful by 2030.

May my will also be yours, in the name of human dignity, security and freedom .

Thank you

H.S.H. Nicolas 1st

error: Content is protected !!