Communiqué du Prince Souverain Nicolas 1er à Seborga

Droit de réponse aux informations erronées à caractère diffamatoire :

Quel crédit attacher à Monsieur Marcello Menegatto, président d’une association folklorique italienne qui, à l’instar de son prédécesseur contemporain, se fait appeler Prince de façon toute aussi folklorique.

Le folklore devient beaucoup plus inquiétant lorsque l’on sait que l’association comptait parmi ses membres actifs le président et la trésorière d’une autre association à caractère sectaire, faisant actuellement l’objet d’une commission rogatoire en France.

À ce titre, une enquête a été récemment menée in-situ, par nos services, afin de percevoir la dangerosité de la secte en question dont le gourou se revendique être le Messie, mais également de ses liens ambigus avec Monsieur Marcello Menegatto, lequel a bénéficié de prêts personnels de sa part avoisinant les 500.000 € en 2016 (preuves déposées auprès des autorités compétentes et conservées par la Direction des Services judiciaires). Des liens financiers d’autant plus graves lorsque ce gourou déclare parmi bon nombre de ses doctrines, publiées, et pour d’autres éditées, que : « La femme violée doit pardonner, et le violeur doit se pardonner ».

Marcello 1er n’est que l’appellation interne du président de cette association italienne (Associazione Governo  del  Principato di Seborga, enregistrée à l’article N° 576 de l’Ordonnance de 2007 et publiée dans la Gazzetta Ufficiale della Repubblica N°34) au sein de laquelle il est semble-t-il en disgrâce selon différentes sources. Bien loin donc le « Coup d’État » évoqué dans une certaine presse, lorsqu’aucun État n’était constitué avant le 22 février 2016, date de la Souveraineté reconnue du Prince Nicolas 1er. 

Par ailleurs, les membres de cette association font faux et usage de faux, notamment de « passeports diplomatiques » empruntant le code ISO 3166 d’un pays étranger, les mettant ainsi dans l’illégalité la plus totale à l’heure où les seules préoccupations du couple Menegatto n’ont pour seul objet que de satisfaire leur ego et de faire prospérer leurs activités commerciales à leur seul bénéfice sans se préoccuper des besoins réels de la Principauté et de sa population.

Cette façon de procéder tend à faire considérer la Principauté de Seborga comme une Principauté de pacotille, ce qui est gravement préjudiciable. La Direction des Services Judiciaires a été saisie de cette affaire, et des plaintes ont été déposées par nos avocats auprès des autorités relevant des pays dont sont issus les membres de cette association, pour se poursuivre à Dubaï, pays refuge de Monsieur Marcello Menegatto. Une enquête est actuellement en cours et des contacts ont été activés pour saisir les services d’Interpol.

La Principauté de Seborga est une Principauté Souveraine, Indépendante et Neutre, fondée sur le Droit International et les résolutions de l’ONU, revendiqués légitimement par le Prince Nicolas 1er, dépositaire des instruments d’État auprès de cette organisation, et signataire de traité de coopération et d’arrêtés ministériels internationaux, pour rayonner de façon légale, politiquement, diplomatiquement, financièrement et économiquement dans le concert des Nations.

Service communication.
Principauté de Seborga